John Doe

Des Églises profanées par des enfants de Satan

Pour peu que l’on soit habité par un esprit de raison, ces actes antichrétiens ignobles choqueraient même le plus radical des athées.

Lematin.ch

Un visiteur est tombé sur des murs couverts de tags lundi matin dans l’église Saint-Joseph à Bâle. Il s’avère désormais que pas moins de cinq églises ont été victimes de vandalisme. Trois colonnes et le mur près de l’autel ont été barbouillés, a raconté ce témoin à «20 Minuten».

L’Église catholique romaine a révélé ensuite que l’église Saint-Joseph n’était pas la seule à avoir été victime de vandales ces dernières semaines. Depuis le mois dernier, plusieurs bâtiments religieux ont été souillés. Le 19 juillet, quelqu’un a mis le feu à des morceaux de bois à l’intérieur de la Kirche Bruder Klaus, noircissant une partie de l’intérieur de l’édifice.

Un mois, cinq dégradations, cinq Églises. Que l’on ne vienne pas me dire que ce n’est pas spécifiquement antichrétien. Sinon, nous aurions également vu des mosquées et synagogues se faire vandaliser.

Une semaine plus tard, des inconnus ont détruit les fenêtres de la même église avec des pierres. Le 3 août, deux autres églises de la région bâloise ont été visées et recouvertes de graffitis. Le lendemain, à Weil am Rhein, ville allemande frontalière, l’église Guter Hirte a elle aussi été la cible de sprayeurs.

La culture hip-hop n’est pas au niveau

Personnellement, j’y vois deux possibilités:

L’Européen totalement aliéné par un ethnomasochisme de fin de race souhaitant se débarrasser au plus vite des restes de sa civilisation mourante. Celui-ci est de loin le pire, à rééduquer sans ménagement dans un centre spécialisé.

L’Extra-européen haineux et revanchard qui voit dans la destruction de ces édifices religieux, l’Europe Blanche et mécréante à conquérir. Nous avions déjà eu ce cas en juin dernier, dans la Collégiale de Neuchâtel.

Matthias Schmitz, directeur du service d’information de l’Église catholique romaine de Bâle-Ville, est consterné. «Les dégâts extérieurs ne sont malheureusement pas une nouveauté. Mais en ce qui concerne l’incident de l’église Saint-Joseph du 5 août, je suis déjà choqué que les dégâts soient aussi massifs».

D’après le responsable, la police de Bâle-Ville lui a indiqué qu’il s’agissait probablement des mêmes auteurs. L’Église catholique dit vouloir maintenir malgré tout ses églises ouvertes à toutes et à tous. Contacté par «20 Minuten», le Ministère public ne commente pas ces incidents.

Voici encore ce que nous pouvons lire sur le site du Portail catholique suisse, qui donne quelques précisions non rapportées dans l’article publié sur Lematin.ch.

Cath.ch

La plupart des éléments tagués sont difficiles à décrypter. Une inscription affichait «Jesus-Christ», et en dessous «Allahou Akbar». Sur une autre paroi, les mots «Christ, Muslem, Hindu Budda» ont été gribouillés au feutre rouge. «Nous partons du principe que l’auteur est perturbé», explique Matthias Schmitz. «Il est simplement reconnaissable que des thèmes religieux sont également présents. Nous ne partons donc pas du principe qu’il s’agit d’un acte à motivation politique ou religieuse».

C’est dommage que cette information n’ait pas été relayée par Tamedia…

En tout cas, l’Église catholique de Bâle n’a pas perdu une minute pour s’agenouiller, se mettre des cendres sur la tête et jurer qu’elle se soumettait à l’Islam. Le Ciel n’aidera pas les hommes qui ne s’aident pas eux-mêmes.

L’oeuvre d’un auteur perturbé, selon l’Église catholique

Pour laver ces affronts, mon vœu pieux serait de réhabiliter les bûchers et la sainte Inquisition contre ces ennemis de notre civilisation, qu’ils soient intérieurs ou extérieurs.

Laisser un commentaire