John Doe

Le canton de Vaud fasciste veut restreindre la liberté de genre

Le progrès va tellement loin qu’il transcende la notion de liberté.

Rts.ch

Le canton de Vaud veut proscrire les « thérapies de conversion ». Une modification de la loi sur la santé publique, condamnant explicitement toute pratique visant à modifier ou à réprimer l’orientation sexuelle et affective d’autrui ou son identité de genre, est mise en consultation.

Les « thérapies de conversion », se présentant sous diverses formes, parfois accompagnées de violences, sont déjà proscrites en Allemagne et en France notamment. Comme le précise Rebecca Ruiz, cheffe du Département de la santé et de l’action sociale (DSAS), « cette interdiction ne cible pas uniquement les professionnels de la santé, mais toute organisation ou toute personne se livrant à ce type d’activité, quelles que soient ses motivations« .

La cible ici est bien entendu le christianisme. Pourtant, les chrétiens sont très tolérants sur la question de l’homosexualité, en comparaison de nos amis musulmans.

Thérapie de conversion islamique

Le droit pénal prévoit déjà de sanctionner certaines pratiques à l’instar de l’abus de faiblesse, des faits de violence, de l’atteinte à l’intégrité (physique, psychique et sexuelle) et de l’exercice illégal de la médecine.

Mais l’ajout d’un nouvel article, selon le canton, renforce la loi sur la santé publique, en permettant d’engager des poursuites contre les contrevenants, y compris sur le plan pénal si des infractions de cet ordre sont constatées. Ce changement de la loi fait suite à une motion déposée par le député socialiste Julien Eggenberger en mars 2021.

L’inscription dans la loi permet d’adresser un « message très clair » aux personnes auteures et aux victimes de ces agissements, indique Rebecca Ruiz jeudi dans le 12h30 de la RTS.

Dans la société occidentale apologète de l’homosexualisme, toute possibilité à vouloir s’extraire de son orientation sexuelle dès lors qu’elle est stérile doit être proscrite. Vous êtes nés comme ça, vous devez le rester.

Pourtant, on nous explique du matin au soir que tout est construction sociale, y compris l’identité de genre qu’il ne faut pas confondre avec expression de genre, je vous le rappelle.

Je ne suis pas un homme, Monsieur

Par contre, tout est fait pour ringardiser les hétéros cisgenres et les sensibiliser aux plaisirs du tribadisme et de la sodomie intermasculine, et ce dès l’enfance.

Ces méthodes, considérées par le Conseil des droits de l’homme comme « discriminatoires, cruelles, inhumaines et dégradantes », peuvent avoir de graves conséquences sur la santé psychique des personnes qui y sont soumises, d’autant plus lorsqu’il s’agit de mineurs. Les interventions de ce type sont également considérées par les organisations professionnelles comme trompeuses et dangereuses.

«Organisations professionnelles», c’est le nouveau nom pour le lobby qui n’existe pas.

Aucun chiffre précis n’existe sur le nombre de personnes victimes des « thérapies de conversion » dans le canton de Vaud. Car elles sont difficiles à déceler, en raison des liens qui unissent souvent les victimes aux auteurs, par exemple dans des communautés religieuses. « Nous savons que ces ‘thérapies de conversion’ existent à travers le retour du terrain », explique Rebecca Ruiz. « Une dizaine de situations » ont été accompagnées par des associations.

Le canton de Vaud est le premier canton à proposer un tel projet de loi.

Dix, c’est le nombre de personnes qui se considèrent comme victimes d’une thérapie de conversion. Ce nombre suffit à faire s’activer le PS pour qu’un texte de loi à caractère pénal soit mis en consultation.

Si vous désirez ardemment fonder une famille, transmettre vos gènes de façon naturelle et éduquer votre progéniture dans un environnement sain, mais que vous êtes homosexuels, tenter une thérapie de conversion volontairement au sein d’une Église ne vous sera même plus autorisés.

Ce système morbide est objectivement antinataliste, antichrétien, antiblanc.

Laisser un commentaire