John Doe

Les Verts suisses, principaux admirateurs du mouvement Amish

La vie recluse et déconnectée de la modernité technique de la communauté Amish étasunienne a l’air d’être l’objectif final du parti des Verts suisses.

Toutes les personnes à peu près sensées de notre pays ont compris que combattre la pollution et le gaspillage d’énergie sont des actes souhaitables. Les Verts ayant perdu le quasi monopole sur ces sujets ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure en prenant une posture plus extrême, celle de se débarrasser de notre énergie électrique.

En effet, les Verts sont parmi les plus grands défenseurs des sanctions contre la Russie et donc de la fin de notre approvisionnement en gaz. La présidente verte de notre conseil national, Irène Kälin, a couru à Kiev au début du conflit pour bien signifier au monde entier la fin de notre politique de neutralité. L’arrêt total de nos installations nucléaires, défendu par les Verts, couplé à la fin de notre alimentation en gaz russe nous amène vers un hiver difficile qui devrait voir apparaître des limitations drastiques d’électricité partout dans notre pays.

Kälin en Ukraine

Tandis que le Conseil fédéral essaye de négocier avec le monde entier pour tenter de trouver des stocks d’énergie, les Verts profitent de l’occasion pour présenter un plan de démantèlement des installations économiques de notre pays pour atteindre le plus vite possible le rêve Amish.

Le dernier exemple de cette folie revient au conseiller national vert valaisan Christophe Clivaz (premier Vert à arriver à ce poste dans un canton connu pour son hostilité aux pastèques) qui a décidé de tout faire pour se mettre toute la population de son canton à dos. Les Amish vivant isolés du reste du monde, quoi de mieux que de proposer de mettre un terme à un des éléments les plus iconiques de son propre canton pour se faire exclure de sa communauté ?

Comité directeur des Verts suisses

Monsieur Clivaz a donc proposé la merveilleuse idée d’arrêter les remontés mécaniques et les canons à neige en hiver afin d’économiser de l’énergie car selon lui «l’utilisation de technologie en montagne n’est pas une solution» pour l’écologie. En bref, mettre fin au ski en Valais.

Après la défense du loup et la limitation des constructions en station, l’arrêt du ski serait en effet la meilleure façon pour les Verts d’atteindre leur objectif d’amishification en Valais. Nous nous réjouissons de voir quelles idées ce brillant parti présentera dans l’avenir au niveau national pour arriver à s’exclure tout seul de notre monde.

Laisser un commentaire