John Doe

Shia LaBeouf prouve au monde qu’il ne faut jamais être sûr de rien

L’annonce faite par Shia LaBeouf cette semaine a retenti dans tout Hollywood et dans le monde. En cours de tournage d’un film sur Saint Padre Pio, l’acteur emblématique a annoncé sa conversion au catholicisme.

Il n’aura fallu qu’une seule messe latine pour faire chavirer le cœur du brave Shia

Symbole absolu du gauchisme pour les différents combats qu’il a menés au cours des dernières années, on pouvait très difficilement imaginer l’acteur américain rejoindre le clan des catholiques. Ce chavirement drastique peut être vécu comme une victoire symbolique. Car oui, en dépit des manœuvres modernistes du Vatican, le catholicisme reste aisément dans le top 3 des ennemis des gauchistes.

Le point intéressant dans cette affaire qui devrait tous nous questionner est le suivant:

Qui aurait parié là-dessus?

Nous avons tous tendance à condamner les personnes qui sont diamétralement opposées à nos idées, même ceux d’entre nous qui ont un lourd passé de gauchiste. C’est une tare que pratiquement tout droitard porte en lui.

Cependant, la vie nous le démontre parfois, nous nous devons de voir en nos ennemis de ce jour de futurs alliés. Notre cause est juste et fait preuve de bons sens, c’est pourquoi elle triomphera, d’autant que lorsque l’on observe qui compose la majorité des troupes de gauche, on y trouve essentiellement nos semblables.

Voilà le message que cette actualité nous révèle. Certes, ce revirement sera potentiellement une déception sur le long terme; les stars hollywoodiennes nous y ont trop souvent habitués. Mais l’essentiel n’est pas là: le principal est que nous gardions la volonté de convertir à nos idées même ceux qui sont farouchement opposés à nous.

Je clôturerai cet article en citant Shia Labeouf lui-même «Do it!».

Laisser un commentaire