John Doe

Une mère sûre d’elle-même et dominatrice persécutée par la justice vaudoise

Le système éducatif est un bon exemple de la haine que vouent les élites à tous ceux qui ne sont pas suffisamment conformistes à leur goût.

20min.ch

En début d’année, en plein pic d’Omicron, une dame avait averti l’école que l’enseignement de ses jumelles serait assuré à domicile, jusqu’à ce que le port du masque ne soit plus requis. Accusée de ne pas avoir respecté l’obligation scolaire légale de ses filles, la mère avait écopé d’une contravention de 300 fr., contre laquelle elle a recouru. «Je conteste avoir réalisé les conditions de l’infraction qui m’est reprochée, car mes filles ont suivi le programme scolaire à la maison», a posément expliqué la quadragénaire devant le tribunal, mardi à Yverdon-les-Bains.

Alors que la morve des nez coulait à flot sous Omicron, une puissante dame a préféré retirer ses filles de l’institution de l’endoctrinement afin de leur éviter d’avoir à porter un nid à bactéries sur le visage toute la journée. Une mesure cantonale qui était de nature à les protéger, paraît-il.

Le père, ancien enseignant, avait donné les cours en concertation avec l’institutrice. Les résultats obtenus par les filles lors du contrôle des acquis avaient été brillants: «5,5, 6, 6, 6, 5 et 6», a posé le père, entendu comme témoin. Reste que la décision unilatérale de la Vaudoise de garder ses filles à la maison n’a pas plu aux ­autorités. «Mon devoir était de protéger mes enfants contre les effets négatifs du port du masque, la préservation de leur santé m’a semblé au-dessus de tout», a justifié la mère. «Devrait-on tolérer, selon vous, que des mères, sur la base d’appréciations subjectives, n’envoient pas leurs enfants à l’école?» l’a tancée la présidente du Tribunal. «J’avais l’impression de respecter la loi, c’est une injustice, j’ai juste voulu protéger mes filles», a assuré la prévenue.

L’État est le propriétaire légitime des fils et filles de la nation et vous serez condamnés à des peines d’amende si vous tentez de vous interposer entre le puits de savoir scolaire et la soif de connaissance de votre enfant. Que ce dernier cartonne aux évaluations qu’il passe sous votre enseignement n’a aucune importance. Ils doivent avoir le privilège d’être instruits aux théories des femmes à glotte apparente et savoir calculer leur impact CO2, le tout masqué.

«Tu as oublié de multiplier ton empreinte carbone par ton facteur de blanchité, Corentin»

Ostéopathe, la prévenue a souffert du port du masque, lequel lui a ­occasionné éruptions cutanées et vertiges. Elle a voulu éviter ces tracas à ses filles. «Je suis convaincue que vous n’avez pas agi par défiance envers les autorités, mais par bienveillance maternelle, a compati la juge, Véronique Pittet. Mais le domaine du droit n’a pas la même approche que celui de la santé.» Pour rendre son jugement, la magistrate pourrait, comme le lui a suggéré Me Tirelli, avocat de la dame, s’appuyer sur l’absence d’intérêt à punir. Une finesse de la loi.

D’autres parents ont tenté de feinter en obtenant une dérogation médicale. La riposte du système ne s’était pas fait attendre. Entre leurs profs gauchistes hystérisés après avoir bouffé les derniers contenus zététiques sur les effets du Covid long et leurs parents terrorisés par la propagande sanitaire, les pauvres gamins étaient persuadés d’être en présence du boss final de l’humanité.

Le système a sciemment utilisé ce sentiment pour réprimer toute contestation. La fin justifiant les moyens, il n’a pas hésité à torturer psychologiquement les enfants des parents rebelles en les isolant, leur interdisant les cours de gym et même d’aller en récréation.

De plus, il prévoit maintenant d’entraver la possibilité même de retirer son enfant de l’école par une réforme qui avait été mise en consultation par l’horrible Cesla Amarelle, fossoyeuse de l’éducation vaudoise. Le journal «La Nation» avait produit un article de qualité à propos de cette ex-Conseillère d’État absolument catastrophique.

Sachons nous inspirer du courage de ces parents forts et indépendants qui ont su prouver que le retrait de l’école et la dispense des cours à domicile ne sont qu’une question de volonté et de sacrifice.

En est-ce vraiment un lorsqu’il s’agit de sa descendance?

Laisser un commentaire