Laissez-vous transporter dans un océan de richesse par cette splendide expérience de diversité aux saveurs afro-bernoises.

20min.ch

La guerre que se livrent les bandes chaux-de-fonnière CDF47 et biennoise 2CZ a connu un nouvel épisode sanglant mardi, au Centre intercommunal de formation des Montagnes neuchâteloises (CIFOM). Un jeune Bernois a été agressé à la machette par cinq personnes. Il a été touché à un pouce et au visage, selon son maître d’apprentissage qui a eu une conversation en visioconférence avec le malheureux, juste après les faits.

Le jeune Bernois a été victime de cinq esprits gravement maraboutés venus jouer de la machette dans les Montagnes neuchâteloises. Comment ne pas être en admiration devant tant de beauté que génère cette société multiculturelle?

2CZ – Conséquences d’un QI beaucoup trop élevé, amplifié par le rap

L’altercation a commencé à l’extérieur du campus vers 11h40 et s’est poursuivie à l’intérieur. La victime a réussi à se réfugier dans une salle de classe en compagnie d’une professeure, qui a d’abord appelé un taxi puis une ambulance à la rescousse. Un soutien psychologique aurait été mis à disposition des témoins de la scène.

Le jeune agressé est un Angolais d’une vingtaine d’années qui travaille dans une carrosserie du Jura bernois. «Il se savait menacé et n’était pas tranquille à l’idée de devoir suivre des cours dans les Montagnes neuchâteloises. Il m’assurait ne rien avoir à faire avec ces histoires de gangs, mais selon lui, le simple fait qu’il ait été identifié comme Biennois et qu’il côtoie des camarades de cours seelandais le mettait en danger», a commenté son patron, lequel dépeint son apprenti comme quelqu’un de très respectueux et de très appliqué. 

Le jeune Bernois s’est défendu de tous liens avec la pègre angolaise: «Je te jure fréro, j’ai rien fais wesh, la vie gros c’est pas moi, wallah».

Le saviez-vous? La machette est représentée sur le drapeau de l’Angola.

Un porte-parole de la police neuchâteloise a confirmé l’agression. Il s’est toutefois voulu rassurant quant à l’état de la victime, qualifiant ses blessures de légères. La police neuchâteloise s’est rapidement rendue sur place et a déployé d’importants moyens dans le haut du canton. En fin d’après-midi, plusieurs personnes ont été appréhendées dans le cadre de cette affaire, selon un communiqué de la police neuchâteloise diffusé en début de soirée. 

Un rapide tour sur le site de la police neuchâteloise pour prendre acte du communiqué nous apprend «qu’un contentieux entre les intéressés est à l’origine de cette altercation».

Protestations du jeune Bernois: «C’est pas vrai frère, c’est la police qui est raciste, wesh».

Bref, une journée normale dans la Romandie remplacée.